L’APIMA, pourquoi ?

En 1983, dix utopistes pensent que chacun peut apprendre à connaître et à entretenir un outil devenu indispensable, l’automobile. Ils se battent alors pour créer un moyen collectif d’apprentissage : l’APIMA !

Lettre A

ASSOCIATION : Loi 1901, à but non lucratif. La vie de l’association repose essentiellement sur l’implication de ses adhérents au travers du bénévolat et de l’Assemblée générale.

Lettre P

POPULAIRE : C’est à dire ouvert à tout le monde. On est toutes et tous capables d’entretenir cette p@&#$! de voiture.

Lettre I

INITIATION : Chaque adhérent(e) doit apprendre à connaître son véhicule, à l’entretenir et à le réparer. L’initiation peut être individuelle ou collective (stages théoriques).
Lettre M MÉCANIQUE : C’est pas aussi compliqué qu’on le croit. Si on accepte les taches de cambouis et qu’on prend le temps qu’il faut, on y arrive toujours.
Lettre A AUTOMOBILE : « Ou qui possède son propre moteur de propulsion, véhicule léger, à moteur ». En clair, les voitures, mobs, vans et camionnettes, et aussi les tondeuses et les tronçonneuses,… mais pas les trottinettes ni les poussettes (théoriquement).

L’APIMA, comment ?

Horaires et fonctionnement

L’atelier est ouvert du lundi au samedi. Il est indispensable de prendre rendez-vous pour tout travail sur son véhicule. Il faut être adhérent pour pouvoir prendre un rendez-vous pour effectuer des travaux sur son véhicule.

L’association propose également des stages théoriques thématiques en soirée.

Il y a des journées travaux pour améliorer et entretenir l’organisation de l’atelier. Les dates des journées-travaux, stages ou les modifications d’horaires sont affichés dans l’atelier et communiquées par mail.

Sont également organisés de temps à autre quelques évènements comme des expos, des soirées culturelles (concerts, projections,…), la fête annuelle, les repas de fin d’AG. Tout adhérent peut proposer une activité.

Outillage et équipement

L’APIMA dispose de six postes de travail, de ponts élévateurs, palan, matériels de diagnostic, cuve de récupération des huiles usées, containers de recyclage, coins à boulons, véhicules collectifs (auto et vélo) pour aller chercher des pièces de rechange…

Chacun est tenu de prendre soin des outils et de les ranger à leur place. L’APIMA ne prête pas les outils en dehors des locaux.

Ce que l’on ne fait pas

  • La carrosserie (Des années d’apprentissage et d’entrainement avant d’être un bon carrossier)
  • Le dépannage sur le lieu de panne de la voiture (on n’est pas une entreprise de services)
  • Quelques opérations pour lesquelles on n’a pas l’équipement (mais c’est rare !)

Sécurité et assurances

Afin d’éviter les accidents dans l’atelier, des règles de sécurité sont à respecter impérativement. Les permanents sont là pour vous les expliquer. A chaque intervention sur des organes de sécurité, un essai du véhicule par le formateur est obligatoire.

L’APIMA a une responsabilité civile pour tout accident dont elle serait responsable, survenu au sein de l’atelier ou lors d’un essai du véhicule et concernant les personnes.

Elle n’est pas assurée ni pour le matériel, ni pour les problèmes consécutifs à une réparation. En cas de problème matériel, chaque adhérent doit faire jouer sa propre responsabilité civile.

Coutumes locales

Le midi

Détente, faim, manger ! On oublie le cambouis pendant un moment, on demande qui veut rester manger et un de nous part faire les courses pour qu’on puisse faire et partager le repas ensemble. Chacun participe aux frais du repas.

Circulation et stationnement

On ne se gare que sur le parking de l’APIMA ! Pas sur celui des voisins. Et oui on a du savoir vivre à l’Apima.

Comment s’informer ?

Toute l’année, des lettres d’information sont envoyées par mail à chaque adhérent, pour rester informer sur la vie de l’APIMA.

Des panneaux d’affichage sont installés dans l’atelier (infos, petites annonces, panneaux libres…)

Vie de l’association et bénévolat

La vie de l’association est gérée par l’ensemble de ses adhérents, collectivement responsables, lors des Assemblées Générales (AG).  L’AG est un outil essentiel pour l’APIMA car il n’y a pas de conseil d’administration. C’est un lieu de débat, de discussions et de prises de décisions. Pour mettre en œuvre les décisions, les adhérents se réunissent en groupes d’activités, permanents ou créés en fonction des besoins :

  • Le régulectif : tous les « 1er jour ouvrés du mois ». Ouvert à tou(te)s, il permet de faire le tour de tout ce qu’il faut faire et savoir.
  • Le groupe Tâches administratives : la paperasse et le pognon.
  • Le groupe Tâches techniques : c’est ceux qui disent qu’il nous faut encore d’autres matos et qui organisent les journées-travaux*.
  • Le groupe InfoCom : pour la gestion de l’info et de la com (lettres d’info, convocs, site internet, fête annuelle….)
  • Le groupe Accueil : tous les samedis de 11h à 12h, deux adhérents sont présents pour accueillir les nouveaux adhérents, leur expliquer le fonctionnement, enregistrer leur adhésion dans l’ordi….

* Un samedi par ci par là, les adhérents sont invités à participer à des travaux d’entretien et d’aménagement des locaux (journée travaux).

Fonds de solidarité

Accessible à tout(e) adhérent(e) rencontrant des difficultés financières passagères, il s’agit d’une avance d’argent, accordée sur facture et sous certaines conditions, pour payer les pièces nécessaires à une réparation ou encore une partie de la cotisation.

Cette avance est remboursable suivant un calendrier pré-établi.

Pour qu’il puisse fonctionner chaque adhérent(e) verse une cotisation supplémentaire de 10 € lors de son inscription.

Petit dépliant explicatif